Agata Tuszyńska

agata long aRomancière, poète, biographe, universitaire, journaliste et femme de théâtre, Agata Tuszynska est l’une des personnalités les plus en vue de la littérature polonaise contemporaine. Après des études à l’Ecole supérieure d’art dramatique de Varsovie, sa ville natale, elle soutient une thèse à l’Académie des sciences, puis se lance dans le journalisme. Ses reportages lui ont valu de nombreuses récompenses, dont le prestigieux prix du PEN Club polonais, et la notoriété auprès du public et de la critique, qui voit en elle la digne héritière de la littérature documentaire dont son maître, Ryszard Kapuscinski est le plus célèbre représentant. En 1994, sa biographie consacrée au prix Nobel de littérature Isaac Bashevis Singer lui vaut un accueil enthousiaste à l’étranger, notamment aux Etats-Unis, où la presse comme ses pairs saluent son style novateur, la force, l’originalité et l’émotion de sa « biographie orale ». En France également, à la parution des Disciples de Schulz en 2001, elle reçoit de nombreux éloges : grâce à l’œuvre « bouleversante » (La Croix) de cette « enquêteuse au royaume des ombres » (Le Figaro Littéraire), « la Pologne commence elle aussi à regarder son passé en face » (Le Monde).

Dans Une histoire familiale de la peur, Agata Tuszynska poursuit son exploration de l’histoire complexe et douloureuse de la destinée des Juifs de Pologne. On découvre, dans ce livre déchirant et singulier, à mi-chemin entre rêverie littéraire, reportage historique et chronique intime, la lente émergence d’une mémoire familiale, recomposée à partir des bribes laissées par un passé tragique. Réflexion limpide et profonde sur la transmission et l’identité, la guerre et son long héritage de blessures, flamboyante galerie de portraits saisissants, formidable radiographie de la Pologne du dernier demi-siècle, Une histoire familiale de la peur est tout cela.

En 2007, avec Exercices de la perte, Agata Tuszynska livre un récit plus personnel et plus intime, un hymne à la vie mais aussi à l’amour qui, avec ses phrases simples et son style limpide débordant d’émotions, s’apparente au journal intime. C’est l’histoire du terrible combat qu’elle et son mari Henryk Dasko livrèrent contre un cancer du cerveau de grade IV – il fallait opérer et les chances de rémission étaient inexistantes, alors même que leur temps à eux devait seulement commencer. Préserver la vie devint alors pour Agata et Henryk un but quotidien. En 2015 Agata Tuszyńska a reçu le medaille d'argent Gloria Artis.

Dans son dernier livre, La fiancée de Bruno Schulz, elle présente un récit littéraire qui réunit des éléments dramatiques d'amour et de guerre. Elle puise aujourd'hui son inspiration en la personne de Juna, Józefina Szelińska, la seule femme que Bruno Schulz ait demandée en mariage. Ce livre est en lice pour le Prix Medicis et le Prix Femina 2015. 

Bibliographie :

-          Confession d’une femme à scandales, 1992 (inédit en français)

-          La longue vie d’une femme à scandales, 1999 (inédit en français)

-          Les disciples de Schulz, éd. Noir sur Blanc, 2001

-          Singer, paysages de la mémoire, éd. Noir sur Blanc, 2002

-          Une histoire familiale de la peur, Grasset, 2006

-          Exercices de la perte, Grasset, 2009

-          Wiera Gran, Grasset, 2011

-          Tyrmandowie. Romans amerykański (Les Tyrmands. La romance americaine), Wydawnictwo mg, 2012

-          Wiera. Dramat w sześciu obrazach (Wiera, le drame dans six images), Dialog 2013, n. 11

-          La fiancée de Bruno Schulz, Grasset, 2015


 Photo: Iza Grzybowska/MOVE, pour VIVA! 23/2010